L’article précédent vous a permis d’explorer 7 raisons de faire découvrir le monde à vos enfants.

Mais comment faire si vous ne pouvez ou ne voulez pas voyager ? Je vous propose dans ce nouvel article de parcourir les principaux attraits du voyage et de voir comment en bénéficier tout en restant chez soi.

Voyager pour s’évader

Ce que j’aime dans le voyage-évasion

La première raison qui me pousse à voyager est le frisson du départ et l’envie de m’évader : Les dernières vacances sont loin, j’ai beaucoup travaillé, le rythme métro-boulot-dodo commence à peser à toute la famille et nous n’avons qu’une envie : PAR-TIR !

Le décompte commence quelques jours avant le départ. Les dernières machines sont lancées, la valise se remplit, il ne reste que les dernières courses et à confirmer les réservations. Je me sens déjà ailleurs !

Ce voyage nous permet de casser la routine en sortant du contexte quotidien. Nous allons pouvoir oublier nos montres et vivre à notre rythme. Selon le pays, la météo,  nos envies, notre fatigue, nous pourrons planifier nos journées et retrouver notre rythme naturel (qui souvent pour nous se calque avec le lever et le coucher du soleil).

En voyage, j’aime me déconnecter (téléphone, mails …). Bon j’avoue, hors voyage aussi, mais en voyage, personne ne vous le reprochera !

Vivre hors de chez soi, permet également de laisser en suspens tout ce qui reste : le boulot, la maison, les contraintes diverses et variées que l’on a au quotidien. Et par moment, ça fait du bien !

Des clés pour s’évader en restant chez soi

Casser la routine

Même si vous restez chez vous, rien ne vous empêche de sortir de vos routines habituelles. Si vous vous êtes réparties les tâches dans votre couple ou avec vos enfants, changez de rôles. Habillez vous et coiffez vous différemment, prenez le temps de découvrir de nouvelles balades, sports, activités dans votre région. Découvrez les producteurs locaux, explorez de nouvelles recettes…

Déconnection

Lorsque vous partez en voyage, vous n’avez pas toujours accès à internet ni même parfois au téléphone ou à la télévision. Et je ne sais pas pour vous, mais je trouve qu’on gagne beaucoup de temps et de qualité dans les relations au sein de la famille grâce à cette déconnection.

La déconnection peut également se vivre en restant chez soi. Cela demande certainement plus de volonté que quand on n’a pas le choix, et peux parfois être compliqué selon l’âge et les habitudes de vos enfants.

L’école de nos enfants a proposé une semaine sans écran. Elle a été préparée bien en amont en expliquant les dangers des écrans et en leur faisant réfléchir aux activités que l’on pourrait pratiquer à la place et le bilan de cette semaine a été très positif. Donc avec de la préparation et surtout si on ne l’impose pas comme une sanction, pourquoi pas?

Oublier sa montre et retrouver notre rythme

Lorsque l’on campe, on vit souvent au rythme du soleil, par obligation souvent. En effet, le matin, on est tirés du sac de couchage par la chaleur sous la tente donc on se lève très tôt. Cela laisse donc du temps pour faire des activités toute la matinée. A midi, il fait très chaud donc on ralentit, voire on fait une petite sieste à l’ombre après le repas. Le soir, quand le soleil tombe, on est bien moins éclairé que dans une maison et on a donc tendance à se coucher beaucoup plus tôt.

C’est un rythme très sain à mon avis. Et on n’a pas besoin de nos montres, on vit au rythme du soleil et de notre corps. Chez vous aussi, vous pouvez décider de respecter ce rythme. A mon avis, c’est beaucoup plus reposant que de faire une grasse matinée et d’être ensuite décalés pour le reste de la journée.

 

Le plaisir de la découverte

Ce que j’aime dans le voyage-découverte

Mes premiers rêves de voyage se sont fait devant des cartes et atlas. Ma mère, géographe, avait affiché une mappemonde géante dans la cuisine. C’est une carte Air France sur laquelle sont tracées toutes les liaisons de la compagnie. Je me souviens suivre du doigt les vols vers des destinations lointaines. Ce n’étaient que des noms, des couleurs, du relief mais j’imaginais les paysages, les villes, les routes auxquels ils pourraient correspondre.

Les découvrir en réalité est un rêve d’enfant que je concrétise toujours avec plaisir. C’est rarement comme je l’imaginais d’ailleurs mais j’aime les surprises !

Ce qui saute aux yeux en arrivant sont les paysages que l’on découvre du hublot de l’avion ou par la fenêtre du train ou de la voiture. J’aime les parcourir à pieds, à vélo, en bateau sans forcément d’autre but que de m’y immerger et m’y perdre.

Partir ailleurs, c’est souvent découvrir

  • une culture singulière
  • une organisation de l’espace et une architecture particulière
  • Des couleurs, une lumière spécifique
  • une nouvelle cuisine à savourer, des odeurs caractéristiques
  • une façon de s’exprimer, une langue
  • une histoire unique
  • un art de vivre, des coutumes
  • une vision de la vie, des religions, des philosophies,

En bref, chaque région du monde a ses spécificités et voyager permet de découvrir des façons différentes de vivre mais aussi ce qui nous rapproche de l’ensemble de l’humanité.

Des clés pour goûter au plaisir de découvrir le monde en restant chez soi

Découvrir sa région

Je ne sais pas comment c’est chez vous, mais ici, c’est souvent lorsque des amis ou de la famille vient nous rendre visite que nous découvrons le plus notre région. On va alors à l’office du tourisme de chez nous et nous nous renseignons sur les évènements du moment. Nous visitons alors de nouveaux monuments, quartiers, villages ou musées. Et nous passons généralement de très bon moment en visitant « en touriste » notre propre région. Il reste tant à découvrir !

Découvrir d’autres cultures en restant chez soi.

On peut également sans voyager découvrir d’autres cultures. Il y a régulièrement des festivals organisés par des communautés issues de différentes régions ou pays. Dans notre ville, nous avons aussi un musée sur la culture japonaise où il y a des stages et des conférences sur ce pays. Renseignez vous chez vous, il existe surement des lieux et évènements qui vont permettront de découvrir et faire découvrir à vos enfants la richesse et la diversité du monde.

Accueillir chez vous des voyageurs

Vous connaissez peut être le couchsurfing ? Il s’agit d’un site internet qui permet de mettre en relation des voyageurs et des locaux qui proposent un hébergement temporaire et gratuit. Vous pouvez par ce biais, en échange de votre hospitalité rencontrer des personnes venant du monde entier sans bouger de chez vous. Il existe également le site go cambio  qui permet de mettre en relation voyageurs et locaux également. Les voyageurs échangent leurs compétences contre leur hébergement. Ils peuvent proposer des conversations en langue étrangère, des cours de cuisine…

Par le biais de ces rencontres, vous aurez  des relations parfois beaucoup plus intenses que si vous allez dans un voyage organisé dans leur pays.

Voyager pour se ressourcer

Ce que j’aime dans le voyage-ressourcement

Ce que j’aime aussi dans le voyage, c’est qu’ il permet, en prenant du recul par rapport au quotidien et en découvrant de nouveaux horizons, de se retrouver soi-même.

Pendant notre tour du monde, nous avions pris le parti de voyager le plus légèrement possible. J’avais personnellement un sac à dos de 10kg seulement. Nous avions bien réfléchi à son contenu car nous devions pouvoir vivre dans toutes les régions du mondes et toutes les saisons, prêts pour les imprévus tout en gardant un certain confort, l’objectif étant quand même de passer une année agréable ; ). Une fois le bagage fait, nous réfléchissions à deux fois avant d’alourdir notre sac. Nous n’avons rapporté que très peu de souvenirs matériels de notre voyage. Et cela a été une réelle prise de conscience. Cette vie avec le minimum et loin de la société de consommation nous donnait une liberté que nous n’aurions pas imaginée.

Le voyage, c’est aussi de vivre dans l’instant, profiter complètement du moment présent, sans ressasser des expériences passées ni anticiper trop les évènements à venir.

Voyager, c’est aussi se sentir étrangère :

  • Ainsi, j’ai vécue dans la peau d’une géante quand nous étions en Bolivie. En effet, là-bas, je dépassais d’une tête tout le monde. Les maisons, les lits, les bus n’étaient pas à notre taille (pourtant je suis de taille moyenne en France).
  • En Amazonie, je me souviens d’une conversion surréaliste avec un enfant d’une dizaine d’année, qui me demandait de me prêter mes lentilles. Etonnée, je lui ai répondu que je n’en avais pas. Il ne voulait pas me croire car j’avais les yeux verts. Chez eux, les gens qui ont les yeux clairs, c’est qu’ils mettent de lentilles de couleur. Il a fini par me croire : j’étais née avec les yeux verts… Quelques heures plus tard, il revient, affolé. « Ton mari a les yeux bleus : vos enfants auront 1 œil vert et 1 bleu ? »

En découvrant de nouvelles façons de vivre, naturellement, on compare avec son pays, sa culture. On réfléchit à des choses qui semblent évidentes et sur lesquels on ne se poserait pas la question en restant chez soi.

  • Rien que les mappemondes ne sont pas forcément vues de la même façon. Les mappemondes chinoises sont centrées sur la Chine et l’Europe est déformée.
  • En Amérique, l’histoire se découpe en 2 : avant et après la découverte de l’Amérique par les européens. Pour moi, ce serait plutôt soit avant/après l’écriture ou avant/après JC.
  • En Asie, ils ne mangent quasiment jamais de dessert, ni de fromage (et on survit, si,si !)..

La liste serait longue mais petit à petit, ces découvertes nous transforment. Les voyages forment la jeunesse, dit on !

Enfin, en voyage, on a du temps. Dans les transports, les files d’attente, sur la plage… Dégagés du brouhaha du quotidien, dans des endroits grandioses, je trouve que cela nous invite à la réflexion sur sa propre vie, sur ses projets, ses priorités. On a aussi le temps de la discussion avec les personnes avec qui on voyage, pour toujours, pour quelques jours ou pour une heure.

 

Des clés pour se ressourcer en restant chez soi

Se délester du superflus

Evidemment, si vous restez chez vous, vous n’avez pas besoin de faire vos bagages et donc de faire le tri entre le nécessaire et le superflus. Ceci dit, les vacances ou week end chez soi peuvent être une bonne occasion pour faire le vide et se délester de tout ce qui encombre notre appartement ou notre maison. Je sais que je profite souvent des vacances des enfants chez leurs grands parents pour faire un grand rangement, mettre de côté les habits trop petits ou hors saison et également les jeux qui ne sont plus adaptés à leur âge.

 

Se sentir étrangère et remettre en perspective nos a prioris

En restant chez soi, cela peut paraître paradoxal ! et pourtant, si vous avez des enfants, vous avez peut être déjà vécu des expérience similaire à l’histoire que je vous ai raconté un peu plus tôt sur l’enfant en Amazonie.

On parle bien du monde des enfants et c’est vrai que dans un sens, ils viennent « d’ailleurs ». Ils ne sont pas encore « formatés » par notre culture. Ils apprennent au fur et à mesure et ils ont parfois des réflexions, qui comme on peut le vivre en voyage, nous font réfléchir sur des sujets que nous n’aurions pas forcément explorés sans eux. Et ils sont d’une logique implacable. Donc quand les questions s’enchainent, ils nous poussent dans nos retranchements jusqu’à arriver à une réponse satisfaisante !

Vivre dans l’instant

Là aussi, nos enfants peuvent réellement nous aider. En particulier les très jeunes enfants qui ignorent totalement le « avant » et le « après ». Ils nous invitent en ce sens à profiter de l’instant présent, à 100%, sans retenue !

Prendre le temps de revenir à l’essentiel

Là encore, pas besoin d’aller au bout du monde pour arrêter notre course contre le temps. Prenons le temps de revenir à l’essentiel. Nous avons peu de temps au quotidien pour regarder nos enfants, jouer avec eux, discuter avec eux. Les vacances, où qu’elles soient, nous laissent normalement plus de temps. N’ayons pas peur du vide et ne les remplissons pas. Gardons du temps pour nous reposer et pour faire une relecture de nos priorités, nos projets.

 

 

 

Et vous, quel est le voyage qui vous attire ? le voyage évasion, découverte, ressourcement ? ou encore vous aimer voyager pour d’autres raisons ? Ou bien est-ce qu’au contraire vous aimez rester chez vous pour certaines des raisons que j’ai développées plus haut ?

En tout cas, je trouve compliqué voire frustrant de voyager avec des enfants à certains âges, notamment pour les bébés qui commencent à se déplacer. Et j’avoue, que je me raccroche alors à l’une ou l’autre des clés que j’ai pu aborder dans cet article.

J’espère que cela vous aidera à vous aussi ! et si vous avez d’autres « trucs » n’hésitez pas à les partager en commentaire !

 

 

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •   
  • 1
    Partage

Written by 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *